paris-sportifs-courses-hippiques-newsafrique.info

Je suis adepte des paris hippiques depuis un certain temps. Je préfère les courses de chevaux que les autres paris sportifs tels que le hockey, le football ou le tennis même si bien parier sur les chevaux est un exercice difficile. En effet, il faut stocker un maximum d’informations sur les chevaux, sur leur origine, leurs performances, leurs caractéristiques. Il faut également s’informer sur le jockey qui monte le cheval de son choix, car c’est l’alchimie entre ces deux acteurs qui permet de gagner. Toutefois, j’ai vu maintes fois des chevaux montés par des mauvais jockeys remporter une course. Si vous souhaitez connaître les clés du turf, lisez ces quelques lignes pour apprendre les rudiments de paris sur les courses de chevaux.

La cote d’un cheval

Dans le tuf, la cote d’un cheval équivaut au résultat de la division de la somme des placements faits sur les autres chevaux de la course par la somme de placements faits par le parieur sur le cheval en question. paris-sportifs-course-hippique-newsafrique.infoUn cheval favori a ainsi une cote faible car beaucoup de parieurs misent sur lui. Illustrons par cet exemple : 4 joueurs misent sur une course de 3 chevaux. Le joueur 1 mise 10 euros sur le cheval 1, le joueur 2 parie 20 euros sur le cheval 2, le joueur 3 mise 10 euros sur le cheval 3 et le joueur 4 fait une mise de 15 euros sur le cheval 1. La cote du cheval 1= (20+10+15)/15 est 3 contre 1. Si le cheval 1 remporte la course, le parieur ayant fait une mise de 10 euros touche alors 30 euros de bénéfice. Les rapports et les cotes diffèrent d’un bookmaker à l’autre. C’est pourquoi, il est intéressant de faire une comparaison avant de faire le pari. La cote peut tromper parfois car il m’est déjà arrivé de remporter une grosse somme avec une cote importante de 30 contre 1, et le cheval de mon choix est arrivé dans les 3 premiers.

Les différents types de paris

Notons d’abord que les courses hippiques dépendent de plusieurs paramètres. Par exemple, en pariant, je tiens compte de l’état physique du cheval et ses anciennes performances. Je vérifie également s’il est monté par le jockey habituel et anticipe s’il est capable de parcourir les distances sans difficultés. On retrouve trois types de courses hippiques. Le plat qui met en concurrence des chevaux qui doivent galoper sur une certaine distance. Il y a aussi la course d’obstacles qui oppose des chevaux au galop sur une longue course mais avec des haies, des barres… Et enfin, il y a le trot où le cheval n’est pas autorisé à galoper sinon il sera disqualifié. Parmi les paris proposés dans les courses hippiques, je cite le pari simple.  Il s’agit d’un pari où on pariera qui sera le premier gagnant ou les trois ou deux premiers), le tiercé (qui m’a permis une fois de remporter une coquette somme. Il faut miser sur les trois premiers chevaux de la course, quel que soit leur ordre d’arrivée), le quarté + (pari sur les 4 premiers chevaux dans la course dans l’ordre), et enfin la quinté + (le plus gros lot avec le pari sur les 5 premiers chevaux de la course dans l’ordre). Et bien sur, je le fais depuis ce site.