Mon voyage à Nosy be

J’ai toujours voulu visiter Nosy be avec les archipels environnants tant les photos que j’ai vues sur ces véritables coin de paradis m’ont totalement charmées. J’ai pu enfin réaliser mon rêve et je n’étais pas déçu. En effet, les îles longeant la côte nord-ouest de Madagascar, ont de quoi vous faire oublier votre pays. Je parle surtout de la beauté indescriptible d’îlots paradisiaques aux alentours dont Nosy Komba, Nosy Sakatia, Nosy Tsarabanjina etc. Des recifs coralliens les plus riches et les plus anciens du monde, un environnement de rêve avec une plage de sable blanc fin non envahi par les touristes, une mer de couleur émeraude (eh oui), des îles montagneuses peuplées par des espèces d’oiseaux endémiques… Dame Nature se révèle dans toute sa splendeur dans ces joyaux bien préservés de la grande île rouge. Mais revenons sur Nosy be car bien qu’elle ait perdu son charme d’antan (selon le propos des résidents), elle mérite quand même le détour.

La ville de Nosy be

La petite île au nord du pays est accessible par avion ou en vedette. Elle offre un tableau pittoresque avec ses nombreux villages de pêcheurs, ses centres touristiques, l’accueil chaleureux de sa population et ses quelques sites incontournables. Lors de mon séjour là-bas, mon guide m’a fait visiter d’abord les endroits insolites. C’est à Mahatsinjo, un petit foret où on trouve un immense figuier banian nommé « Arbre sacré » par les indigènes. Ces derniers y viennent pour faire la prière ou pour faire un vœu. Ensuite, nous avions visité le mont Passot et les lacs du cratère, le sommet le plus élevé de l’île volcanique.

nosy-komba-madagascar-voyage

Du haut de ses 329 m, il surplombe la ville en donnant une vue panoramique sur l’océan et les magnifiques archipels des environs. Il m’a ensuite conduit jusqu’à la réserve de Lokobe. Celle-ci est une forêt primaire où j’ai pu retrouver des variétés de caméléons et de lémuriens, des orchidées et des végétaux en voie de disparition. 700 ha de cette réserve abritent ces espèces de faunes et flores rares. Aussi, comme les malagasy sont sympathiques et accueillants, vers la fin de la journée, nous avions passé la soirée jusqu’au petit matin sur la plage de Madirokely, où les gens ont dansé avec une ambiance « mafana » chaud comme on dit dans le pays.

 

Ce qui m’a séduit avec les autres îles autour de Nosy be

Il y a encore beaucoup d’autres endroits à visiter à Nosy be. Ce que j’ai vu n’est qu’une partie, mais j’ai entendu dire qu’on attend le passage des baleines près des iles Nosy Sakatia. Ces mammifères vont migrer vers l’Antarctique. J’ai dit à mon guide que le mouvement de ces « monstres marins » en vaut le déplacement de se déplacer jusqu’à l’île environnante. Et voilà comment j’ai pu farnienter et me ressourcer sur les superbes plages des archipels Komba puis Sakatia en attendant le passage de ces « fameuses baleines ». J’en ai vu effectivement trois, c’était impressionnant. Et j’en ai profité pour faire le snorkeling, la chasse des tortues sous-marine. Bref, mon séjour était un peu chargé mais c’était une pure détente au sein de ce paradis au bout du monde. J’aimerais bien y revenir, et surtout, c’est mieux pour se ressourcer que de fuir la ville, ou on ne coupe pas vraiment de la réalité.