Mon voyage à Madagascar

Avant même de poser le pied sur cette terre, on en prend plein les yeux rien que par la vue que l’on a de l’avion, je n’ai jamais rien vu d’aussi beau. Le paysage est indescriptible de par ses couleurs, ses reliefs… C’est magique.

Petit passage par Tana

Il s’agit en réalité d’Antananarivo, la capitale du pays, dont le diminutif est Tana. Très grande ville où la misère et la violence frappent de plein fouet. Malgré deux ou trois beaux endroits à découvrir, je suis plutôt content de ne pas y rester.

Direction la brousse en voiture et en moto, en prenant la nationale mais aussi des pistes plus sauvages. Les mécaniques souffrent, mais ces pistes de couleur ocre rouge sont véritablement de toute beauté. Cette fois, en plus des couleurs magnifiques, nous avons aussi les odeurs. Nous traversons des villages et des petites villes où nous voyons des dizaines de pousse-pousse.

Le village d’Andasibe

Parmi ces villages, celui d’Andasibe, dont je me rappelle cet hôtel où nous avons passé une nuit. Vu de l’extérieur, je n’osais même pas y entrer tellement il me semblait petit et sur le point de s’écrouler. C’est très sommaire, douche et WC sur le palier, mur de la chambre en papier, mais il est en tous les cas très propre. Dans ce village, toutes les maisons paraissaient sur le point de s’écrouler d’ailleurs. J’en garde un souvenir superbe. Les malgaches sont charmants, gentils et très accueillants.

En route, on s’arrête dans un vrai restaurant malgache. On se demande vraiment ce que l’on va manger. C’est un repas traditionnel qui nous ai servi : crudités, riz, bouillon de légumes, viande, bananes… c’est un véritable festin et un vrai régal.

voyage-madagascar-conseils

La petite ville d’Antsirabe

La ville suivante est la magnifique Antsirabe. Petite ville pleine de charme où règne une sensation de bien-être et de paix, peut-être en raison du lac sacré qui se trouve à côté. Elle est réputée aussi pour ses pierres précieuses. Il y a un marché couvert où l’on trouve de tout.
Sur les routes, un peu partout, il y a de petites, toutes petites maisons. En fait, ce sont des tombeaux. Il y en a dans tout le pays. Tout est magnifique dans la brousse. Les malgaches cultivent leur terre et grâce aux animaux de la ferme, ils arrivent à se nourrir correctement. La pauvreté n’a pas le même visage qu’à Tana où l’on mendie pour vivre.
Le long des routes, il y a des centaines d’étals de fruits et légumes, tous plus beaux les uns que les autres et tous bien rangés au centimètre près.

Madagascar est une île immense où il faudrait pouvoir rester un, deux ou trois mois afin de tout visiter. Il faut vraiment s’imprégner de leur mode de vie si éloigné du notre et se laisser porter pour apprécier tout le charme de cette île. Ce séjour de deux semaines m’a tout de même permis de découvrir une partie des traditions, et ne m’a donné qu’une seule envie, celle d’y retourner un jour. Et les soirs, petits jeux en famille.