apartheid

L’apartheid dans lequel on retrouve le mot français à part veut dire « séparation » dans la langue des Afrikaners. Il s’agit d’une stratégie de développement qui consiste à séparer la population selon ses ethnies, ses langues et sa couleur de la peau dans des régions géographiques bien définies. L’apartheid a sévit surtout en Afrique du sud à partir de 1948 jusqu’à 1991lorsque le président Frederik De Klerk a choisi l’abolition de cette politique raciale. Un an auparavant, Nelson Mandela est libéré par le même président après 27 ans d’emprisonnement. Retour sur ce moment magique.

L’apartheid en Afrique du sud.

Cette politique est mise en vigueur avec des lois et des règlements à compter de 1948. Le pasteur Daniel Malan, leader du Parti national à l’époque est l’initiateur de cette mesure. La population sud-africaine était alors composée en quatre catégories. On retrouve les blancs qui peuvent résider en ville. Tandis que la surface habitable des autres ethnies comme les indiens, les métis et les noirs est limitée aux ghettos. Le petit apartheid restreint la communication et le contact des blancs avec les non-blancs. Il s’applique dans les transports publics et les lieux publics. Tandis que le grand apartheid détermine des zones géographiquement et ethniquement séparées. Les noirs sont alors regroupés de force selon leur tribu et leur langue dans des bantoustans. Ils travaillent pour les blancs et ils sont les producteurs de la richesse du pays que profitent ces derniers.

apartheid

L’arrivée de Nelson Mandela

L’intervention de Mandela a marqué l’histoire de l’apartheid en Afrique du sud. Parvenu à l’âge adulte, il combat pour l’égalité et le bon droit de chacun. Il a créé la ligue de la jeunesse du Congrès national africain(ANC) en 1944 avec ses amis Walter Sisulu et Olivier Tambo. Cette ligue dont la motivation est la lutte contre l’apartheid a vu le jour en 1912. Le combat armé n’a commencé qu’en 1961. Mandela est alors à la tête d’un mouvement appelé Umkhonto We Sizwe ou la lance de la nation. Son arrestation se passe un an plus tard et le verdict de sa condamnation à perpétuité est sorti 3 ans plus tard.

Mandela n’est libéré que le 11 février 1990 à l’initiative du nouveau président Frederik De Klerk qui accède au pouvoir 6 mois auparavant. Il s’est rendu compte que le cours d’histoire doit changer, que la minorité blanche ne pourrait pas interminablement opprimer la majorité noire. A grand force de négociations, l’apartheid ne figure plus officiellement dans l’histoire politique sud africaine à compter du 30 juin 1991. C’est un grand pas dans l’instauration de la justice dans ce pays. Les premières élections multi raciales se sont tenues le 27 avril 1994 et l’ANC a remporté la victoire. Mandela est élu et il annonce qu’il ne sollicitera pas un deuxième mandat. En tant que premier président noir sud-africain, il a désigné deux vice-présidents dont Tambo Mbeki et Frederik De klerk. Tambo Mbeki est son successeur en 1990. L’apartheid est éradiqué en Afrique du sud. Le nouveau combat du pays tourne autour de la pauvreté, les disparités sociales, le chômage et la criminalité.